Vous êtes ici : Accueil » Histoire » Chronologie historique

Mairie d'Eckbolsheim
9 rue du Général Leclerc
67 201 Eckbolsheim

Tél : 03.88.76.47.76
Fax : 03.88.76.47.77
Courriel : mairie@eckbolsheim.com

Horaires d'ouverture :
Lundi au jeudi : 8 h 30 - 12 h
et 13 h 30 - 17 h 30, jusqu'à 18 h 30 le jeudi
Vendredi : 8 h 30 - 12 h 30

Chronologie historique

Des recherches, des campagnes archéologiques permettent d'affirmer qu'à l'époque néolithique (env. 5000 ans avant J-C) les terres d'Eckbolsheim constituent une aire d'occupation humaine, évoluant en petite communauté occupant des terrains, situés à proximité de la Bruche (plus au nord qu'actuellement), à l'abri des inondations.

A l'époque gallo-romaine, c'est un prolongement des quartiers artisanaux et commerciaux de Koenigshoffen. Eckbolsheim présente une situation géographique très favorable : située à un carrefour important de 3 routes : voie celtique (vers la vallée de la Bruche), et deux voies romaines (l'une vers Saverne, l'autre reliant l'axe Bâle / Cologne).

De ce fait, elle connaît toutes les invasions : Germains, Alamans, Vandales et Huns.

Pupien

Buste de l'empereur romain Pupien remontant au IIIème siècle, et mis à jour sur le territoire de la commune en 1924.

La région devient chrétienne vers le IVè siècle. Le nom d'Alsace apparaît vers 640.

23 mai 884 : le village est cité officiellement « EGGIBOLDESHEIM » dans une charte de Charles le Gros, empereur germanique.

Vers 933-39, l'évêque Ruthard confère au Chapitre Saint Thomas de Strasbourg une cour et des terres à Eckbolsheim.

Dès 1187, au temps de Frédéric Barberousse : existence du moulin à trois roues.

En 1235 : présence d'un chevalier Hartmann von Eckbolsheim, son épouse Junta et leur fils.

1224-30 : implantation à côté de l'église d'une maison dite « Ordenfrauen », maison de femmes pieuses dite de Ste Marguerite suivant la règle de St Augustin. Le couvent se retirera dès 1260/70 à l'intérieur de la ville de Strasbourg, par mesure de sécurité, après avoir rejoint l'ordre des Dominicains.

En 1262 : citation d'un « Plebanat », donc d'un moine responsable de la communauté.

En 1386 : mention pour la 1ère fois du nom « Schultheiss », le chef de village, chargé de faire respecter les droits et présider le tribunal local.

1335-39 : implantation du monastère de la Chartreuse qui s'établira à la limite sud-est du ban d'Eckbolsheim. Ce couvent sera complètement détruit vers 1590-91, puis reconstruit à l'intérieur de la ville de Molsheim.

1431 : la communauté d'Eckbolsheim réunie demande définitivement que le chapitre Saint Thomas soit son seul seigneur temporel.

1451 : sentence de l'évêque Ruprecht de Strasbourg qui laisse la « propriété allodiale » du village au Chapitre Saint Thomas.

Vers 1450-70 : la léproserie existe encore à proximité du village

Pendant cinq siècles, le village se retrouve au cœur de disputes continuelles entre les grandes familles de la noblesse alsacienne, les Girbaden, Kageneck, Hohenstein, Landsperg, Mulnheim, Rebstock et Wurmser d'Oberschaeffolsheim ...

Son histoire est marquée par de très nombreux faits de guerre, des pillages, des incendies.

Dès 1524 et surtout 1525, la communauté épouse la « Réforme », imposée par la ville libre de Strasbourg à l'ensemble de la région dont le chapitre Saint Thomas, donc Eckbolsheim est le 1er village protestant d'Alsace.

A partir de ce moment et pendant plus de 170 ans, plus aucune famille catholique n'est présente à Eckbolsheim. Le retour du catholicisme est ordonné par Louis XIV dès 1693.

A partir de cette nouvelle période, s'exerce dans l'église (actuellement église protestante) le simultaneum qui s'achèvera en 1887, année où sera construite l'église catholique, du fait de l'augmentation significative de cette communauté.

Eckbolsheim est principalement considéré comme ayant été une commune agricole.

Entre 1789 et durant toute la période napoléonienne, les paysans exercent aussi la fonction de tisserands.

Le moulin, la tuilerie, les étangs et une malterie développent des activités locales durant le 19ème et le début du 20ème siècle.

Ce dernier verra se former un tissu d'associations nouvelles.

L'extension du village et la création d'une zone d'activités permettent à Eckbolsheim de favoriser son passage dans le 21ème siècle.

En 2008, grâce à son implantation dans la Communauté Urbaine de Strasbourg, la commune accueille le plus grand Zénith de France.